Statistiques et outils Google |  éco-conception | 

Mis à jour le 18 Juil 2022

Google est-il réellement neutre en carbone depuis 2007 ?

Google affiche qu’il est neutre en carbone. Mais que signifie être neutre en carbone ? Et Google l’est-il vraiment ? Comment faire pour ne plus produire de carbone ? Atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 sera le seul scénario possible pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°. Y arriverons-nous ?

Nb de vues

121

Depuis quelques années Google s’engage dans cette préoccupation majeure, celle de diminuer son impact environnemental en minimisant son empreinte écologique. Dur dur quand on parle de la sphère numérique, surtout pour ce mastodonte digital !

Montrer la voie avec nos actions pour le climat. Nous avons été la première entreprise de grande envergure à parvenir à la neutralité carbone et à compenser 100 % de notre consommation annuelle d’électricité par des énergies renouvelables.
Google Groupe

Pour se justifier, Google présente sa définition : « Une entité est dite neutre en carbone lorsqu’elle compense les émissions de CO₂ dont elle est responsable en soutenant leur réduction à hauteur équivalente, ailleurs dans le monde »

C’est donc une compensation et non une élimination totale des émissions. L’objectif de Google est clairement affiché cela dit : compenser toutes ses émissions de CO₂ d’ici 2030. « En travaillant vers une énergie sans carbone 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans nos opérations, nous contribuerons à développer les politiques, les modèles commerciaux et les technologies nécessaires pour décarboner les réseaux électriques mondiaux. », « … il est temps de développer le reste de notre boîte à outils énergétique sans carbone – et de mettre les combustibles fossiles dans le rétroviseur pour de bon. »

On est tenté de croire que son ambition est à la hauteur des moyens dont la firme dispose. Mais quel est l’esprit de ce changement ?

D’abord, ça veut dire quoi être neutre en carbone ?

Le bois est une énergie renouvelable, car un arbre est neutre en carbone. Le bois (vivant bien entendu) absorbe du CO₂ qu’il rejette lors de sa décomposition jusqu’à des centaines voire milliers d’années après l’absorption. L’empreinte carbone c’est donc la somme des émissions émises pour la fabrication d’un produit, incluant le transport, la commercialisation et l’énergie nécessaire pour sa destruction ou sa revalorisation dans un système circulaire.

Il est possible de compenser ces émissions induites par des émissions négatives. Il faut alors, à défaut de les éviter, participer au financement de solutions d’augmentation des puits de carbone. Un puits de carbone est un réservoir qui stocke, par un mécanisme naturel ou artificiel, le carbone atmosphérique. En clair, planter des arbres ou mieux gérer une forêt existante.

Mais que pèse Google en matière d’émissions de carbone ?

google neutralite carbone 2007 logitourisme - Logitourisme

Difficile à exprimer. Google détient environ 50 centres de données dans le monde. Ce sont de petites villes qui représentent parfois des dizaines d’hectares. Google en donne la localisation ici mais les centres de données ne sont pas tous présents. Il manque en Europe ceux de Londres, Francfort, Amserdam, et bientôt Paris. Google ne dévoile pas tout, assurément pour des raisons de sécurité.

L’impact écologique de ces Centres de Données (Data Centers) reste élevé malgré toutes les mesures d’améliorations et d’optimisation. Bien des fournisseurs de cloud ont compris l’enjeu économique et concurrentiel, et travaillent sur une logique de « green data center » pour consommer moins de ressources énergétiques et satisfaire à une tendance, même si elle est encore mal expliquée et mal comprise. Du coup, les panneaux solaires, l’éolien, la géothermie, le refroidissement des serveurs (water cooling) donnent bonne impression.

L’analyse du cycle de vie est un élément majeur dans l’écologie de la data

L’analyse du cycle de vie (ACV) est un point clé dans l’écologie numérique. D’autant que nombre de serveurs sont installés comme neufs et ont une durée de vie souvent trop brève pour des questions technologiques. Chez Google, l’objectif de l’entretien est d’optimiser la durée de vie de chaque matériau dans ses centres de données. Lorsque les serveurs nécessitent des réparations, les pièces sont souvent remplacées par des pièces remises à neuf provenant d’anciens serveurs Google, ce qui prolonge leur durée de vie. En 2016, 22 % des composants utilisés par Google pour des mises à niveau de machines provenaient de des stocks de matériels usagés.

Alors peut-on douter de l’engagement de Google pour l’environnement ?

Google est, selon lui, le plus grand acheteur annuel d’énergie renouvelable au monde. Difficile aujourd’hui de ne pas investir dans la recherche pour Google et de démontrer sa préoccupation sur le sujet. Ainsi, de nombreuses avancées sont à noter dans ses outils les plus connus.

Par exemple, si vous êtes propriétaire d’un hôtel avec des éco-certifications ou des pratiques de développement durable que vous souhaitez partager avec les voyageurs, vous pourrez bientôt vous connecter à Google My Business pour y ajouter les attributs à votre profil d’entreprise.

Tout comme Google Maps vous permettra de choisir l’itinéraire le plus économe en carburant, vous pouvez trouver des vols présentant le moins d’émissions de carbone. Google Flights affiche les émissions de carbone estimées dans les résultats de recherche. Les estimations sont spécifiques au vol mais également au siège. Pour les mettre en exergue, les vols présentant les plus faibles émissions auront un badge vert.

A travers son projet Environmental Insights Explorer, l’Explorateur d’Informations Environnementales, Google compte mettre à disposition des données précises sur les émissions d’une ville et guider vers les moyens à mettre en oeuvre pour les diminuer.

Par exemple, pour une ville comme Budapest, Google fournit des données comparatives annuelles sur ses émissions globales de CO2 tout en estimant la quantité d’émissions de gaz à effet de serre qui serait évitée si toutes les installations solaires possibles et viables étaient mises en œuvre sur les toits. Toutes ces datas sont d’ailleurs fournies gratuitement et vous pouvez les retrouver sur cette page

Du green washing commercial

Pour Google, c’est un peu le sens de la communication qui nous fait douter ; ce boulimique d’information, qui diffuse, vend et revend autant d’espaces et de données, les faisant transiter pour des raisons commerciales avant tout serait-il altruiste ?

Selon le chercheur Augustin Fragnière, qui travaille au Centre interdisciplinaire de durabilité de l’Université de Lausanne, « compenser une tonne de carbone ne coûte, en moyenne et à l’international, que 3 dollars aux entreprises ».  

Mais on peut se poser la question du mode de calcul. Ce que décrit très bien cet article de l’Humanité « Neutralité carbone : pourquoi Google reste malgré tout un danger pour le climat ». Et que dire de ces fameux arbres plantés pour compenser, qui comme sur un projet récent en Turquie, sont tous morts l’année d’après faute d’approvisionnement en eau.

Et l’internaute dans tout ça ?

Google compense, et investit à la fois dans les énergies renouvelables. Nous avons clairement besoin d’exemples et notre avenir ne dépend pas que de petits colibris ! La compensation carbone n’est pas une solution pérenne.

Mon avis est que le « zéro émission » sera l’avenir. A nous tous de nous engager. Un autre sujet à explorer : comment y arriver ? Car le problème vient pour beaucoup de nos usages, à nous internautes et mobinautes. D’après Alex Wissner-Gross, professeur à Harvard, une requête Google émet 7 grammes de CO2. Donc 10 recherches sur Google émettent plus qu’un kilomètre fait à scooter (62 g).

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre article sur l’étude théorique de l’Éco-design.

Sources des informations :

Les objectifs de Google d’ici 2030
https://www.gstatic.com/gumdrop/sustainability/24-7-explainer.pdf

Economie circulaire et gestion des datecenters
https://www.gstatic.com/gumdrop/sustainability/data-center-case-study.pdf

Google se dite neutre en carbone
https://sustainability.google

Augustin Fragnière  La Pensée écologique & interview
https://www.cairn.info/publications-de-Augustin-Fragnière–90984.htm
https://www.ladn.eu/entreprises-innovantes/transparence/limites-compensation-carbone-augustin-fragniere/

L’empreinte carbone de Google et ses projets
https://lempreintecarbone.fr/empreinte-carbone-google/

Audit d’éco-conception de vos services numériques

Nous réalisons pour vous une étude de votre site internet et son niveau d’éco-conception

En savoir plus

Ces articles pourraient vous intéresser

Nos prochaines date de formations

Chargé·e de Projets E-tourisme

  • 100% à distance
  • Certifiante
  • Présentiel
  • Inter-entreprise


au

Voir le programme

Reporter Numérique de Territoire

  • 100% à distance
  • Certifiante
  • Présentiel


au

Voir le programme

E-réputation : suivre et gérer les avis des internautes

  • 100% à distance
  • Présentiel
  • Intra-entreprise
  • Inter-entreprise


au

Voir le programme

Valoriser son activité touristique par la photo

  • 100% à distance
  • Présentiel
  • Intra-entreprise
  • Inter-entreprise


au

Voir le programme